lexinter.net  

 

 

 

      ENVIRONNEMENT            

Accueil | CODE DE L'ENVIRONNEMENT | LOI RELATIVE A LA PROTECTION DE LA NATURE

PLANS DE PROTECTION DE L'ATMOSPHERE
EAU ET MILIEUX AQUATIQUES ] AIR ET ATMOSPHERE ]

Remonter | SURVEILLANCE DE LA QUALITE DE L'AIR | INFORMATION DU PUBLIC | PLANS REGIONAUX POUR LA QUALITE DE L'AIR | PLANS DE PROTECTION DE L'ATMOSPHERE | PLANS DE DEPLACEMENT URBAIN | MESURES D'URGENCE | REDUCTION DE LA CONSOMMATION D'ENERGIE | VEHICULES AUTOMOBILES | DISPOSITIONS FINANCIERES ET FISCALES | CONTROLES ET SANCTIONS | POLLUTIONS CAUSEES PAR DES SUBSTANCES RADIOACTIVES | DEFENSE NATIONALE | ITINERAIRES CYCLABLES

RECHERCHE 

 

---

 

  

CODES  

CIVIL

COMMERCE

CONCURRENCE

SOCIETES

PROCEDURES COLLECTIVES

CONSOMMATION

TRAVAIL

MARCHES PUBLICS

IMPOTS

PENAL

PROCEDURE PENALE

MONETAIRE

SECURITE SOCIALE

ENVIRONNEMENT

POSTES ET TELECOMMUNICATIONS

PROPRIETE INTELLECTUELLE

ROUTE

URBANISME

 

 

 

  

CODE DE L'ENVIRONNEMENT (Partie Législative)

Section 2 : Plans de protection de l'atmosphère


Article L222-4


   I. - Dans toutes les agglomérations de plus de 250 000 habitants, ainsi que dans les zones où, dans des conditions précisées par décret en Conseil d'Etat, les valeurs limites mentionnées à l'article L. 221-1 sont dépassées ou risquent de l'être, le préfet élabore un plan de protection de l'atmosphère, compatible avec les orientations du plan régional pour la qualité de l'air s'il existe.
   II. - Le projet de plan est, après avis du comité régional de l'environnement et des conseils départementaux d'hygiène concernés, soumis, pour avis, aux conseils municipaux et, lorsqu'ils existent, aux organes délibérants des établissements publics de coopération intercommunale intéressés. L'avis qui n'est pas donné dans un délai de six mois après transmission du projet de plan est réputé favorable. Il est ensuite soumis à enquête publique dans les conditions prévues au chapitre III du titre II du livre Ier.
   III. - Eventuellement modifié pour tenir compte des résultats de l'enquête, le plan est arrêté par le préfet.
   IV. - Pour les agglomérations de plus de 250 000 habitants, les plans de protection de l'atmosphère prévus par la présente section sont arrêtés dans un délai de dix-huit mois à compter du 1er janvier 1997. Pour les zones dans lesquelles est constaté un dépassement des valeurs limites, ils sont arrêtés dans un délai de dix-huit mois à compter de la date à laquelle ce dépassement a été constaté.
   V. - Les plans font l'objet d'une évaluation au terme d'une période de cinq ans et, le cas échéant, sont révisés.


Article L222-5


   Le plan de protection de l'atmosphère a pour objet, dans un délai qu'il fixe, de ramener à l'intérieur de la zone la concentration en polluants dans l'atmosphère à un niveau inférieur aux valeurs limites visées à l'article L. 221-1, et de définir les modalités de la procédure d'alerte définie à l'article L. 223-1.
   Lorsque des circonstances particulières locales liées à la protection des intérêts définis aux articles L. 220-1 et L. 220-2 le justifient, le plan de protection de l'atmosphère peut renforcer les objectifs de qualité de l'air mentionnés à l'article L. 221-1 et préciser les orientations permettant de les atteindre. Il peut, également, renforcer les mesures techniques mentionnées aux articles L. 224-1, L. 224-2 et L. 224-4.
   Le décret mentionné à l'article L. 222-7 précise les mesures qui peuvent être mises en oeuvre pour atteindre les objectifs fixés par le plan de protection de l'atmosphère, notamment en ce qui concerne les règles de fonctionnement et d'exploitation de certaines catégories d'installations, l'usage des carburants ou combustibles, les conditions d'utilisation des véhicules ou autres objets mobiliers, l'augmentation de la fréquence des contrôles des émissions des installations, des véhicules ou autres objets mobiliers et l'élargissement de la gamme des substances contrôlées.


Article L222-6


   Pour atteindre les objectifs définis par le plan de protection de l'atmosphère, les autorités compétentes en matière de police arrêtent les mesures préventives, d'application temporaire ou permanente, destinées à réduire les émissions des sources de pollution atmosphérique.
   Elles sont prises sur le fondement des dispositions du titre Ier du livre V lorsque l'établissement à l'origine de la pollution relève de ces dispositions. Dans les autres cas, les autorités mentionnées à l'alinéa précédent peuvent prononcer la restriction ou la suspension des activités polluantes et prescrire des limitations à la circulation des véhicules.


Article L222-7

 

(Loi n° 2001-398 du 9 mai 2001 art. 6 Journal Officiel du 10 mai 2001)



   Les modalités d'application de la présente section sont fixées par décret en Conseil d'Etat pris après avis du Conseil supérieur des installations classées et de l'Agence française de sécurité sanitaire environnementale.

 

Accueil | Remonter | SURVEILLANCE DE LA QUALITE DE L'AIR | INFORMATION DU PUBLIC | PLANS REGIONAUX POUR LA QUALITE DE L'AIR | PLANS DE PROTECTION DE L'ATMOSPHERE | PLANS DE DEPLACEMENT URBAIN | MESURES D'URGENCE | REDUCTION DE LA CONSOMMATION D'ENERGIE | VEHICULES AUTOMOBILES | DISPOSITIONS FINANCIERES ET FISCALES | CONTROLES ET SANCTIONS | POLLUTIONS CAUSEES PAR DES SUBSTANCES RADIOACTIVES | DEFENSE NATIONALE | ITINERAIRES CYCLABLES


RECHERCHE 

 

---