lexinter.net   

CRISE DES SUBPRIMES ET CRISE DES MARCHES FINANCIERS


 

 

  

 

DROIT FINANCIER MARCHE FINANCIER CRISE DE SUBPRIMES ET CRISE DU CREDIT

La météo financière provoque le dérèglement climatique sur les marchés financiers

 

La crise des subprime et la crise des marchés financiers

La crise du subprime (subprime mortage meltdown) se réfère à la crise concernant les prêts hypothécaires aux Etats Unis.

La crise des subprime, comme celle des Savings & Loan, suit une période d'abondance de liquidité se traduisant par un laxisme  du crédit immobilier

Les prix de l'immobilier aux Etats Unis ont commencé à apparaitre comme surévalués en 2006 . Il est clair que le prix d'un actif immobilier doit dépendre des possibilités d'achat par des acheteurs solvables, et que le laxisme du crédit faisait croire à une possibilité de remboursement qui était illusoire.

Par ailleurs les taux d'intérêt augmentant et les prêts étant à taux variable, le coût du crédit s'est encore renchéri. Alors que précédemment les emprunteurs pouvaient facilement refinancer leurs prêts, les établissements de crédit , constatant la baisse de valeurs des maisons, ont saisi le bien hypothéqué et l'ont fait vendre, amplifiant la baisse du marché immobilier.

La crise de l'immobilier a entrainé une défiance des marchés. Les techniques d'ingénierie financière, reposant en particulier sur des dérivés de crédit et des rehaussements de crédit,  non seulement n'ont pas semblé avoir minimisé le risque comme cela était affirmé, mais par ailleurs elles ont transféré une grande partie de ces risques sans qu'il soit clairement déterminable où il se situait.

La crise des subprime a été l'élément déclencheur de la crise financière parce qu'au delà de la révélation de l'aspect toxique des actifs fondés sur des crédits trop risqués elle a fait éclater la pyramide artificielle des structures du marché des crédits et le développement d'un marché du crédit à haut risques qui avaient été grossièrement sous estimés.

Si la crise s'est étendue aux marchés financiers mondiaux , ce n'est pas seulement par un effet de dominos. Le développement des subprimes n'était pas limité aux crédits immobiliers aux  Etats Unis, il concernait également le marché du crédit immobilier au Royaume Uni. Le crédit immobilier dans une contexte de bulle immobilière est aussi une caractéristique du marché immobilier espagnol. En Allemagne comme au Royaume Uni des établissements de crédit immobilier se sont développés en se finançant de façon excessive sur le marché monétaire, se rendant ainsi très vulnérable aux problèmes de liquidités.

D'autre part les financements risqués n'ont pas été limités au marché immobilier. Les montages financiers  hypercomplexes avec endettement excessifs par rapport aux capacités prudentes de remboursement des emprunteurs, évaluation très optimiste des actifs, options risquées quant aux taux, se sont aussi développés dans le financement des collectivités locales, des infrastructures, des LBO's ou des opérations de fusion-acquisitions. Tous ces montages utilisaient les mêmes techniques, titrisation avec des asset backed securities, rehaussement de crédit, notation. Le marché des CDO's s'est développé de façon dramatique entre 2004 et 2007

C'est dans le domaine des crédits immobiliers américains que les montages se sont  d'abord révélés un château de carte, mais si les systèmes bancaires ont vacillé en Grande Bretagne comme en Europe, c'est parce que les mêmes problèmes affectaient l'ensemble des financements. Il devient évident que la protection contre les risques fournie par les rehausseurs de crédit est illusoire, que la dissémination des risques leur a fait perdre toute traçabilité, qu'ils ne peuvent être évalués, que les produits financiers sont en fait toxiques.

C'est d'abord dans le secteur des crédits immobiliers américains que le problème éclate, parce qu'il était le plus sensible à l'évolution des taux.

La hausse des défaillances  des emprunteurs hypothécaires américains  due à la détérioration du climat conjoncturel, le retournement du marché immobilier américain, les abaissements de notation des assureurs monolignes au début 2008, l'affaiblissement de certains fonds alternatifs ont servi de test de robustesse du marché, des engagements de garantie des assureurs monolignes et des engagements de protection (les CDS en particulier)  qui étaient censés jouer en assurance crédit. Le test a été négatif.

Les défaillances des crédits subprime, ont démontré la protection fictive offerte par les rehausseurs de crédit et l'aspect totalement fallacieux des notations des produits structurés. Les défaillances relatives aux prêts hypothécaires ont entrainé des difficultés pour les hedge funds, la dégradation des notes des rehausseurs de crédit a entrainé la dégradation des notes de titres faisant l'objet des garanties dévalorisées, et les dévalorisations des actifs se sont propagées.

Le problème a été démultiplié en raison des effets de levier particulièrement importants (plus de 30 fois dans le cas du fonds spécialisé de Carlyle) utilisé par des investisseurs qui ont acheté des titres ou des dérivés de crédit liés aux subprime, avec un endettement considérable. En raison du financement bancaire , le risque s'est par ailleurs retrouvé chez les banques.

Par ailleurs la complexité des produits de titrisation, la non traçabilité du risque et la réalisation des effets démultiplicateurs a  amené la réalisation que les risques des marchés financiers n'étaient plus maitrisés, ce qui a bloqué le fonctionnement du marché interbancaire, mettant en doute la solidité des banques et créant un séisme qui a ébranlé Wall Street et de façon générale le système financier.

En ce qui concerne les risques latents il convient de souligner que Le secteur des LBO représente un encours de 1.000 Mds $


Par ailleurs en ce qui concerne la réaction des investisseurs  à  l'explosion de la dette américaine suite à la nationalisation de Freddie Mac et Fannie Mae, d'AIG, de certains actifs de Washington Mutual et du Plan Paulson , la moitié des 2.700 milliards de dollars de créances émises par le Trésor américain est détenue par les pays asiatiques (Chine, Corée du Sud, Singapour, Taiwan).

CHRONOLOGIE DE LA CRISE DES SUBPRIMES ET DE LA CRISE FINANCIERE


 

 

CRISES DES MARCHES FINANCIERS

 

CRISE DU CAPITALISME


CRISE DES SUBPRIMES  


 

MARCHES DE CREDIT 

CRISES DES MARCHES FINANCIERS    SUBPRIMES 

CHRONOLOGIE DE LA CRISE DES SUBPRIMES ET DE LA CRISE FINANCIERE

TITRISATION  

AGENCES DE NOTATION ET CRISE DES SUBPRIMES 

DERAPAGES ET DERIVES FINANCIERES

PHYSIQUE DES MARCHES ET MATHEMATIQUES FINANCIERES  

INGENIERIE FINANCIERE  

 

REGULATION FINANCIERE ET CRISE FINANCIERE

 

 

 


 


RECHERCHE 

 

VIE PRATIQUE ET DROIT      ENTREPRISE ET DROIT       TRAVAIL ET DROIT        

RECHERCHE JURIDIQUE   DICTIONNAIRE JURIDIQUE