lexinter.net   

CRISES DES MARCHES FINANCIERS


 

 

  

 

LES MARCHES FINANCIERS MONDIAUX   CRISE DES SUBPRIMES    CRISE DES SUBPRIMES ET CRISE DES MARCHES FINANCIERS   MARCHE FINANCIER    CAPITALISME FINANCIER   DROIT FINANCIER


La météo financière provoque le dérèglement climatique sur les marchés financiers


Les crises des marchés financiers

Les crises des marchés financiers qui se succèdent depuis une trentaine d'années traduisent les dangers d'une innovation financière, accompagnée d'une créativité comptable qui donnent naissance dans une période d'abondance de liquidités à des bulles qui dopent l'économie mais de façon artificielle. Pour attirer les liquidités les inventions financières se multiplient, mais la démesure d'opérations qui par ailleurs ne sont pas maitrisées ni contrôlées , mine la santé de l'économie. La crise des marchés financiers s'accompagne de crises monétaires et d'une évolution du cours des matières premières qui fait ressortir le spectre de famines à grande échelle.

Les crédits souverains

Dans la seconde moitié des années 1970 le choc pétrolier avait donné naissance à une abondance de liquidité dont il était dit qu'elles constituaient un danger tant il y avait un excédent de liquidité. Il s'en est suivi une débauche de prêts   aux pays en voie de développement sous forme d'eurocrédits et d'euro-émissions. Ces prêts ont été accordés de façon inconsidérés aux pays dits en voie de développement.  Ces crédits étaient accordés sur la base d'une assimilation du risque sur pays souverain à un risque de première qualité, avec l'hypothèse annexe que les crédits généreraient en tout état de cause les capacités de remboursement.  L'octroi de ces prêts permettait de financer l'activité des entreprises de travaux publics , des constructions d'usines et des développements immobiliers et touristiques et ainsi de dynamiser les entreprises des pays qui octroyaient les crédits. Par le biais du développement des techniques de financement de projet et grâce aux crédits ainsi accordés pour les projets, les entreprises promotrices des projets échappaient aux risques d'échec.

La crise des prêts aux PVD

De très nombreux projets financés par les crédits internationaux ont été des échecs et les projets d'infrastructure n'avaient bien entendu aucune rentabilité propre. L'incapacité de nombreux pays à rembourser les crédits qui leur avaient été consentis à fait que de très nombreuses banques internationales et en particulier des banques américaines ont accumulé des prêts non performants.  La valeur des actifs des banques était ainsi largement remise en cause.

Plan Brady et Bad Bank

De cette époque sont nées  diverses innovations financières et en particulier les techniques de séparation des banques en deux, la bad bank et la good bank ,  les techniques de rehaussement de crédit.et les techniques de titrisation . Il s'agissait d'assainir les bilans des banques, en séparant les activités gangrenées, en permettant de réaliser les actifs et en externalisant les risques.

Le développement de l'immobilier et des LBO

Pour doper l'économie, les prêts à l'immobilier et aux entreprises se sont substitués aux prêts aux PVD. Les Savings & Loan, institutions financières de financement de l'épargne à des fins immobilières , ont eu une politique laxiste de prêt. Par ailleurs l'endettement des entreprises, et des fonds de reprise d'entreprise, a explosé en particulier sur la base du développement des junk bonds. Le promoteur de cette technique, Milken, avait affirmé que l'étude statistique des défaillances d'entreprises ayant émis des obligations démontrait que les entreprises dont le risque de crédit était considéré comme élevé n'avaient pas un taux de défaillance substantiellement plus élevé que les entreprises de bon standing de crédit . Ces entreprises payant un taux d'intérêt reflétant le risque perçu, si le risque réel était très inférieur , leurs obligations, les junk bonds, ne pouvaient qu'être profitables. Les émissions d'obligations répondant aux caractéristiques des junk bonds se sont largement développées et ont suscité le développement des opérations de LBO.

La crise des Savings & Loan  et la faillite de Drexel  Burnham Lambert

La fin des années 1980 a vu les difficultés des Savings & Loan qui ont exigé un très lourd effort des autorités fédérales américaines

Elle a vu par ailleurs le scandale Boesky et la faillite de Drexel Burhnam Lambert, le plus gros opérateur sur le marché des junk bonds. Il est en effet apparu que le succès des opérations de Milken et d'Ivan Boesky étaient du aux informations privilégiées et non à la réalité de la martingale des junk bonds.

Arbitrage et mathématiques financières

Des fonds d'investissement s'étaient développés sur la base de théories selon lesquels les techniques d'arbitrage et l'utilisation de mathématiques financières permettraient de faire des opérations très rémunératrices mais sans risque, avec une nouvelle martingale. Utilisant de forts effets de levier, ces techniques d'investissement reposaient sur des endettements massifs.  Les promoteurs de ces théories, grâce auxquelles ils ont eu un Prix Nobel d'économie, ont mis en application leurs théories dans un fonds LTCM.  La quasi- faillite du fonds LTCM du fonds en 1998 , au delà des pertes de quelques milliards pour les investisseurs, a coûté près de 100 milliards à l'économie

L'économie virtuelle, Enron et la bulle internet.

Société de l'information, entreprise virtuelle, dot.com virent le développement de sociétés qui étaient d'autant plus valorisées qu'elles accumulaient les pertes. Le développement des techniques d'ingénierie financière en matière de déconsolidation et de dérivés de crédit, associée à la bulle de développement de l'économie virtuelle se traduisit par le scandale Enron. Puis 2000 vit l'explosion de la bulle internet.

Les subprimes et la nouvelle bulle immobilière

Alors que la mondialisation se traduisait par les délocalisations, le dopage de l'économie par l'immobilier ne présentait pas ce risque. Une politique de relaxation de critère d'octroi des prêts hypothécaires alimenta une hausse des prix de l'immobilier qui dynamisa l'économie américaine. Le sentiment d'enrichissement des accédants à la propriété et généralement l'augmentation des prix de l'immobilier encouragea fortement la consommation. L'utilisation des techniques d'ingénierie financière en matière de titrisation  et de rehaussement de crédit,  avec les asset backed securities et CDO's étaient censés à nouveau réduire le risque, compte tenu de la valorisation des actifs titrisés, de la  garantie des rehausseurs de crédit dont le crédit est basé sur la seule notation des agences de notation, tout en offrant le rendement de crédits à haut risque. On retrouvait les martingales des bulles précédentes.

Les techniques de titrisation pour transfert au marché des risques des opérations ont conduit les banques à ne plus prendre en compte l'appréciation des risques qui était au coeur du métier bancaire, puisque celui ci était censé ne pas peser sur l'établissement bancaire.

La crise des subprimes ébranle le dollar et menace les marchés financiers, compte tenu en particulier de la démesure des effets de levier utilisés.


RISQUES SOUVERAINS ET DEFAUTS DE PAIEMENT DES ETATS


Règlement_du_16_novembre_2009_sur_les_agences_de_notation_de_crédit

Directive 2009/111/CE du Parlement européen et du Conseil du 16 septembre 2009 modifiant les directives 2006/48/CE, 2006/49/CE et 2007/64/CE en ce qui concerne les banques affiliées à des institutions centrales, certains éléments des fonds propres, les grands risques, les dispositions en matière de surveillance et la gestion des crises

Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL sur la vente à découvert et certains aspects des contrats d’échange sur risque de crédit

 

 

 


RECHERCHE 

 

VIE PRATIQUE ET DROIT      ENTREPRISE ET DROIT       TRAVAIL ET DROIT        

RECHERCHE JURIDIQUE   DICTIONNAIRE JURIDIQUE