lexinter.net  

 

REPERTOIRE DE JURISPRUDENCE II

RECHERCHE

Accueil principal REPERTOIRE DE JURISPRUDENCE   INDEX ET SOMMAIRE

CARACTERE NON EQUIVOQUE DE LA POSSESSION

INTERRUPTION DE LA PRESCRIPTION | POSSESSION ET PRESCRIPTION

 

---

 

DROIT CIVIL

DROIT DES CONTRATS

DROIT DE LA CONSOMMATION

DROIT DES SOCIETES

DROIT COMMERCIAL

DROIT DE LA CONCURRENCE

ENTREPRISES EN DIFFICULTES

DROIT DE LA DISTRIBUTION

DROIT SOCIAL

DROIT DE LA BOURSE

DROIT DE LA BANQUE

DROIT PENAL

PROPRIETE INTELLECTUELLE

REGLEMENT DES DIFFERENDS

DROIT FISCAL

DROIT PUBLIC

DROIT EUROPEEN

DROIT DE L'INTERNET

DROIT DE L'INFORMATIQUE

INDEX

 

 

 

 

 

 

 

POSSESSION ET PRESCRIPTION

Cour de Cassation
Chambre civile 1
 

Audience publique du 2 juin 1993 Cassation partielle.

N° de pourvoi : 91-10971N° de pourvoi : 91-12013N° de pourvoi : 91-10429N° de pourvoi : 90-21982
Publié au bulletin

Président : M. Grégoire, conseiller doyen faisant fonction. .
Rapporteur : M. Forget.
Avocat général : M. Gaunet.
Avocats : M. Choucroy, la SCP Lyon-Caen, Fabiani et Thiriez, la SCP Ancel et Couturier-Heller, la SCP Célice et Blancpain, la SCP Masse-Dessen, Georges et Thouvenin.


 
REPUBLIQUE FRANCAISE

 
AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Joint les pourvois n°s 91-10.971, 90-21.982, 91-10.429 et 91-12.013 en raison de leur connexité ;

Attendu, qu'Erich Slomovic, étudiant de nationalité Yougoslave, s'est trouvé, au cours de l'année 1939, en possession d'une importante collection d'objets et de tableaux de valeur, provenant de la galerie d'Ambroise Vollard ; qu'après le décès de ce dernier, survenu le 22 juillet 1939, il a déposé une partie de cette collection dans un coffre à la Société générale, et transporté l'autre partie en Yougoslavie où elle a été exposée à Zagreb en novembre 1940 ; qu'Erich Slomovic a disparu au cours de la seconde guerre mondiale ; que la Société Générale a fait procéder le 24 octobre 1946 à l'ouverture du coffre, puis conservé son contenu dans une caisse à Nantes jusqu'en 1977 ; qu'elle a alors fait inventorier les objets renfermés dans cette caisse par un commissaire-priseur, puis obtenu, par ordonnance de référé, la désignation d'un séquestre avec mission de faire procéder à la vente publique de ces objets ; que deux commissaires priseurs, mandatés par le séquestre pour organiser la vente, ont réalisé une large publicité pour la vente publique fixée aux 19 et 20 mars 1981 ; qu'informée par cette publicité, Mme Assunta Bertozzi veuve Jonas, aux droits de laquelle se trouve actuellement son neveu et héritier M. Louis Sébastien, a revendiqué, en sa qualité d'ayant-cause d'Ambroise Vollard, la propriété de la majeure partie des objets trouvés dans le coffre de la Société générale ; qu'à cette instance sont intervenus en leur qualité d'héritiers d'Erich Slomovic, d'une part les consorts Goldfinger-Eshel, ses cousins en ligne maternelle, d'autre part, Mme Zdenka Slomovic, sa parente en ligne paternelle ; qu'un premier arrêt de la cour d'appel de Paris en date du 26 février 1987 a reconnu à Mme veuve Jonas qualité pour agir, déclaré recevable comme non prescrite son action en revendication et ordonné, une expertise ; qu'ensuite du dépôt du rapport de l'expert, la cour d'appel de Paris, a, par un deuxième arrêt du 3 octobre 1990, déclaré M. Sébastien propriétaire de certains lots, dit que les autres lots faisaient partie de la succession d'Erich Slomovic, dont la dévolution s'opérait, conformément à la loi française, par moitié entre, d'une part, les consorts Goldfinger-Eshel, d'autre part, Mme Zendka Slomovic ; qu'elle a condamné, à proportion de leurs droits héréditaires, les consorts Goldfinger-Eshel et Mme Zdenka Slomovic à payer à la Société Générale les sommes de 30 894 francs et 400 216,64 francs, et débouté toutes les parties de leurs demandes de dommages-intérêts ;

Sur le moyen unique, pris en ses deux branches du pourvoi n° 91-10.971 dirigé par les consorts Goldfinger contre l'arrêt du 26 février 1987 :

Attendu, que les consorts Goldfinger font grief à l'arrêt attaqué d'avoir jugé recevable parce que non prescrite l'action en revendication exercée par Mme Jonas et poursuivie par M. Sébastien, au motif que la prescription n'avait couru à son encontre qu'à compter de la vente publique de 1981, alors, d'une part, qu'il n'établissait pas que l'ignorance dans laquelle se trouvait Mme Jonas de l'existence des biens litigieux jusqu'en 1981 présentait pour elle un caractère irrésistible, et alors, d'autre part, qu'il résultait des propres constatations de l'arrêt que Lucien Vollard, frère d'Ambroise Vollard et auteur de Mme Jonas connaissait l'existence des oeuvres et ouvrages en possession d'Erich Slomovic qui les avait exposés à Zagreb en 1940, sans que Lucien Vollard ait jamais cherché à reprendre possession de ces oeuvres ;

Mais attendu que la propriété ne s'éteignant pas par le non-usage, l'action en revendication n'est pas susceptible de prescription extinctive ; que, par ce moyen de pur droit, substitué aux motifs de la cour d'appel, l'arrêt se trouve légalement justifié ;

Sur le pourvoi n° 90-21.982 dirigé par M. Sébastien contre l'arrêt du 3 octobre 1980 :

Sur le sixième moyen, pris en ses deux branches : (sans intérêt) ;

Sur le septième moyen, pris en ses deux branches :

Attendu que M. Sébastien reproche encore à l'arrêt attaqué de l'avoir débouté de sa demande de dommages et intérêts formée contre la Société Générale, alors que, d'une part, la banque n'était plus tenue au secret vis-à-vis de son déposant après la résiliation du contrat de garde en 1946, et devait donc faire connaître à la succession Vollard l'existence d'objets susceptibles de l'intéresser, et alors, d'autre part, que la cour d'appel aurait dû rechercher si le silence de la banque après 1946 n'avait pas rendu plus difficile pour les héritiers Vollard la preuve de la précarité de la possession d'Erick Slomovic ;

Mais attendu que l'obligation au secret à laquelle est tenu le banquier ne cesse pas avec la résiliation du contrat de garde conclu avec son client ; que c'est donc à bon droit que l'arrêt retient que la Société générale n'avait pas à divulguer aux ayants-cause d'Ambroise Vollard le contenu d'un coffre loué par Erick Slomovic même après l'ouverture de ce coffre ; que par ce seul motif, la cour d'appel a légalement justifié sa décision ;

Mais sur le troisième moyen, pris en sa seconde branche :

Attendu que, pour écarter le caractère équivoque de la possession de ces tableaux par Erick Slomovic, la cour d'appel retient que les documents soumis à son appréciation n'apportent pas la preuve que Slomovic ait exercé des fonctions de courtier pour le compte d'Ambroise Vollard ou ait été son préposé ; qu'en faisant uniquement porter son examen sur deux hypothèses relatives à l'origine possible de cette possession, en omettant d'ailleurs celle d'un mandat occasionnel ayant pu porter sur tout ou partie des oeuvres qui lui avaient été remises, et sans rechercher si, pris en eux-mêmes, les actes du possesseur révélaient sans ambiguïté son intention de se comporter en propriétaire de ces oeuvres, et cela dans des circonstances qui n'étaient pas de nature à faire douter de cette qualité, la cour d'appel n'a pas donné de base légale à sa décision ;

 

Et attendu que la cassation de l'arrêt attaqué du 3 octobre 1990 sur le pourvoi de M. Sébastien rend éventuel l'intérêt qui s'attache aux griefs articulés par les consorts Goldfinger et par Mme Zdenka Slomovic ;

 

 

PAR CES MOTIFS, et sans qu'il y ait lieu de statuer sur les autres griefs du pourvoi de M. Sébastien ni sur les pourvois des consorts Goldfinger-Eshel et de Mme Zdenka Slomovic ;

 

 

REJETTE le pourvoi n° 91-10.971 dirigé par les consorts Goldfinger contre l'arrêt du 26 février 1987 ;

 

 

CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions, à l'exception de celles relatives aux demandes de dommages-intérêts formées par M. Sébastien contre les héritiers d'Erick Slomovic d'une part, et contre la Société générale, d'autre part l'arrêt rendu le 3 octobre 1990, entre les parties, par la cour d'appel de Paris ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l'état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d'appel d'Amiens.

 



 


Publication : Bulletin 1993 I N° 197 p. 136
Dalloz, 1994-12-01, n° 42, p. 582, note B. Fauvarque-Cosson
Décision attaquée : Cour d'appel de Paris, 1987-02-26
 

 REPERTOIRE DE JURISPRUDENCE         REPERTOIRE DE JURISPRUDENCE III   JURISPRUDENCE 2004   JURISPRUDENCE 2005 à 2011


  

RECHERCHE    

 

---

  

Index Législation   Index Doctrine  Index Actualité Jurisprudentielle   INDEX GENERAL

ge"; google_ad_channel = ""; google_ui_features = "rc:6"; //-->

  

Index Législation   Index Doctrine  Index Actualité Jurisprudentielle   INDEX GENERAL